RECOMMANDATIONS IMPORTANTES: kit de survie, réparation et trousse à pharmacie du marcheur

Avant de partir sur le Chemin Sauvage, nous vous conseillons de lire attentivement ces quelques lignes. Ceci n’est pas obligatoire mais fortement recommandé surtout s’il s’agit de votre premier trek en mode autonomie.

D’abord nous vous décrirons les étapes à suivre en situation de survie.

Puis nous aborderons le KIT DE SURVIE idéal.

Ensuite la TROUSSE A PHARMACIE OBLIGATOIRE sera détaillée.

Enfin nous vous parlerons du MATERIEL POUR VOYAGER ULTRA LEGER, le MUL.

I – LES ETAPES EN SITUATION DE SURVIE

Sources: « Le guide de vie et survie en forêt » de Jean-Marc LORD et André PELLETIER Edition terran avril 2019

Même si Le Chemin Sauvage se pratique en mode autonomie et non en mode survie, il peut être utile de connaître les étapes à suivre en situation de survie.

Pour quelle raison?

Comme le Chemin Sauvage n’est pas balisé – nous rappelons ici qu’il emprunte des GR, PR déjà signalés et balisés, mais emprunte aussi des petits chemins non balisés – le risque de se perdre existe réellement, notamment en forêt.

Aussi il est important de savoir quoi faire et dans quel ordre le faire. Il vous faudra donc établir une liste des priorités. Selon la situation, certaines décisions devront être prises dans la seconde, alors que d’autres, comme celles concernant la nourriture par exemple, n’auront pas besoin d’être envisagées avant plusieurs heures.

Pour avoir les bons réflexes apprenez par cœur 3 acronymes:

1°) L’acronyme S.U.R.V.I.E.:

S pour Sauvez-vous du danger immédiat (si vous êtes tombé dans l’eau par exemple).

U pour Urgence: apportez les premiers secours si nécessaire.

R pour Restez sur place, Réfléchissez.

S’arrêter, analyser la situation pour éviter la panique. Rester sur place et attendre les secours peut être la meilleure solution, surtout si vous avez une balise de détresse.

V pour Vent, pluie et froid: il faut s’en protéger à tout prix!

I pour Indiquez votre présence (par des signaux visuels et/ou sonores).

E pour Energie: économisez-la!

L’acronyme S.U.R.V.I.E. résume toutes les étapes à suivre. Savoir que vous agissez de façon méthodique en respectant les consignes claires vous rassurera, c’est sûr. Cependant, parallèlement, il ne faut pas oublier que vous devez conserver vos acquis, c’est à dire votre chaleur et votre énergie.

2°) L’acronyme S.E.C.: pour protéger votre bien le plus précieux:

S pour Sec: éviter les comportements et les gestes qui vous feront transpirer et ainsi l’humidité.

E pour Energie: pas d’énervement, pas de dépense d’énergie inutile, il est nécessaire de la conserver surtout si la nuit arrive.

C pour Chaleur: le froid est votre pire ennemi!

3°) L’acronyme E.C.U.: En Cas d’Urgence

Programmez l’acronyme E.C.U. dans le répertoire de votre téléphone portable à l’entrée du numéro de la personne à joindre en cas d’urgence. Les secouristes pourront ainsi appeler cette personne rapidement et facilement. La plupart des gens possèdent un téléphone portable et, en cas d’urgence, les intervenants peuvent communiquer avec eux facilement. Entrez le nom de plus d’une personne ressource: ECU1, ECU2, ECU3,…

II – LE KIT DE SURVIE IDEAL

Le contenant:

Ce peut être un simple sac Ziploc refermable. Il a l’intérêt d’être étanche et facile a insérer même dans un petite poche.

Astuce: Pour le rendre encore plus étanche et aussi vous enlever la tentation d’y prendre des choses inutilement: les sceller à l’aide d’un fer à repasser. Placez un bout de papier sulfurisé sur le rabat du sac puis passez-y le fer le temps de souder le plastique.

Le contenu:

. des allumettes à bout de souffre 2 couleurs car elles s’allument sur toutes les surfaces, et/ou un briquet, et/ou une pierre à feu (firesteel): il est primordial d’avoir sur soi de quoi faire du feu efficacement pour lutter contre le froid.

ma pierre à feu, efficace même en cas de fort vent et humidité

Astuce briquet: il est possible d’enlever la protection pour les enfants avec une paire de pinces. Vous verrez que lorsque vient le moment d’allumer le briquet avec des doigts engourdis par le froid, c’est beaucoup plus facile ainsi. Si vous le mettez dans la poche d’un pantalon, enroulez un élastique autour, il aura ainsi moins tendance à glisser hors de la poche.

. un sifflet pour signaler sa présence, le modèle de marine est parfait. Eviter le sifflet en métal qui, hormis le fait qu’il est lourd, il peut entraîner des brûlures des lèvres dues au froid.

BON A SAVOIR: la plupart des sacs à dos possèdent un sifflet au niveau d’une bretelle de couleur vive (souvent orange).

. un couteau: outil polyvalent par excellence. Exemple, le fameux couteau Suisse modèle CAMPER: 13 outils dont ouvre-boîte, poinçon et scie (25€ environ).

. des blocs ou des sachets d’allume-feu du commerce ou des boules de coton vaselinées.

. une couverture de survie.

. un petit poncho imperméable de couleur vive: du genre ceux qui se vendent dans les boutiques de souvenirs par exemple. Ils sont légers, compacts et utiles pour s’abriter du vent et de la pluie. A défaut un sac-poubelle grand format de couleur vive. (la couleur vive POUR ETRE VU)

. une boussole: à condition de savoir s’en servir.

. un récipient de cuisson: une popote en titane ultra légère et solide serait l’idéal mais à défaut une boîte à thé ou à café munie d’un couvercle en plastique fera l’affaire.

. une lotion insectifuge contenant du DEET: transvasée dans un petit flacon en plastique d’environ 10 ml. Peut faciliter l’allumage d’un feu récalcitrant en aspergeant la base.

. un filet antimoustiques appelé aussi moustiquaire de tête.

. du fil de laiton: peut servir à de nombreuses applications comme la construction d’un abri, réparations, etc…

. une ficelle: de petit diamètre mais solide et de préférence en nylon tressé. Exemple la ficelle qui sert pour actionner les stores est un bon choix car est extrêmement solide.

Astuce ficelle: un bon truc pour transporter de la ficelle est de l’entourer autour d’un crayon; De cette manière vous aurez aussi un crayon, que vous n’auriez probablement pas mis dans votre trousse, et la ficelle ne s’emmêlera pas.

. une paire de lacets supplémentaire

. une batterie solaire

. des comprimés pour rendre l’eau potable: pour se mettre à l’abri des bactéries si vous êtes loin d’un point d’eau.

ATTENTION: c’est en complément de votre système de filtration d’eau qui est lui FORTEMENT RECOMMANDE sur le Chemin Sauvage car le ravitaillement en eau s’effectue dans les lacs, étangs, rivières, robinets dans les cimetières,… et l’eau n’est pas potable.

celui que j’utilise
système par UV
système par pompage
système par agitation

. une bougie: (type petite bougie d’anniversaire) peut servir à allumer un feu dans des conditions difficiles ou à éclairer un abri fermé.

. un miroir type celui d’un poudrier: pour signaler votre présence aux avions de recherche ou en cas d’accident (exemple: si vous tombez d’une falaise, dans un ravin, activer le miroir s’il y a du soleil pour être vu d’une personne passant pas loin).

. des chauffe-mains: sachets à usage unique. Durée: 8 à 24h selon les modèles.

. une lampe frontale: utile la nuit pour vous rassurer et vous remonter le moral et bien sûr signaler votre présence. Certains modèles disposent d’un système de signal d’urgence type SOS (3 signaux courts, 3 signaux longs, 3 signaux courts).

. des épingles de sûreté utiles pour réparer vêtements ou accessoires.

. du papier d’aluminium: robuste et épais, peut servir à la cuisson ou comme réflecteur.

. des articles de premiers soins: pansements, désinfectant, compresses, bandage triangulaire pour les écharpes,… comprimés contre la diarrhée…

. une paire de lunettes supplémentaire: ne jetez plus vos vielles paires de lunettes!

AUTRE OBJETS UTILES CONSEILLES: j’ai testé certains de ces objets et ceux-ci ont fait leurs preuves.

. sacs étanches type Zyploc de différents formats résistants, étanches, réutilisables et transparents.

Utilités:

  • transports de repas (voir chapitre « organisation des repas en mode autonomie alimentaire »).
  • mettre différents objets à l’abri de l’humidité (papiers, cartes topographiques,…)
  • contenant à baies
  • contenant à eau…

. du gros scotch: « duct tape », large très solide et très collant pour diverses réparations en maintes occasions. Pour contrer le fait que le rouleau est très volumineux, une excellente façon de le transporter est d’en enrouler une longue bande autour de votre gourde en Lexan par exemple. Comme la colle qu’il contient est inflammable, on peut également se servir de ce scotch comme d’un allume-feu, ce qui n’est pas négligeable. Un autre morceau du duct tape peut-être enroulé autour de vos bâtons de randonnées.

. un foulard type « bandana »: couvre-chef, protège nuque contre les moustiques, attelle de fortune.

. du matériel d’orientation: boussole, cartes topographiques, GPS,… à condition de savoir s’en servir et savoir lire une carte.

. des colliers de serrage en plastique à usage unique pour effectuer une réparation temporaire: réparer une bretelle de sac à dos, solidifier un arceau de tente…

. des mousquetons.

Cet article n’est probablement pas LE MODELE PARFAIT mais il a le mérite de vous donner quelques conseils et informations utiles. Les articles énumérés ne sont pas exhaustifs. Chacun de par son expérience jugera la trousse de survie la plus adaptée.

III – LA TROUSSE A PHARMACIE OBLIGATOIRE Source personnelle

Pince à épiler – pour retirer les échardes, épines et corps étrangers.

Epingles à nourrice – pratique pour retirer une épine une fois désinfectée, terminer un bandage.

Petite paire de ciseaux – pratique pour couper les compresses, bandages et éventuellement la peau et la chair si nécessaire (une fois désinfectée).

Tire-tiques – pour extraire les tiques en « douceur » et éviter qu’elles n’injectent trop de toxines pendant l’opération.

Gants jetables (éventuellement latex si pas d’allergies) – pour ne pas contaminer un blessé ou ne pas vous contaminer. Attention si vous utilisez des gants en latex de ne pas toucher une personne allergique. Pensez toujours que vous pouvez être amené à secourir une personne que vous ne connaissez pas.

Ruban adhésif – pratique pour les ampoules, les petits bobos, fermer une plaie ou faire tenir des compresses ou bandages.

Couverture de survie.

Pansements anti-ampoules.

Pansements de tailles diverses.

Compresses de gaze stériles de plusieurs tailles.

Bandages de plusieurs tailles/formes.

Compresses stériles de plusieurs tailles.

Antiseptique – pratique en petits flacons ou sachets.

« Sérum » physiologique ou collyre/gouttes ophtalmiques – pour laver les plaies, les yeux, le nez, les oreilles, etc. Pratique en petit flacon.

Anti-inflammatoires.

Traitement  pour lutter contre une infection urinaire – (par expérience j’en ai utilisé et quand vous êtes à des kilomètres d’une pharmacie c’est bien utile).

Aspirine, paracétamol et/ou ibuprofène. A savoir qu’il est possible de combiner les actions de ces produits (consultez les notices). Ce sont tous les trois des antidouleurs, mais il faut savoir que l’aspirine fluidifie le sang et que l’ibuprofène a un effet anti-inflammatoire.

Anti-diarrhéiques.

Traitement pour lutter contre la constipation.

Médicaments personnels/habituels si vous en avez. Exemple : pour le diabète, l’asthme, les problèmes de tension, les allergies, etc.

Catégories: Recommandations

5 commentaires »

  1. Bonjour, je trouve votre projet génial et aimerais apporter ma pierre à se belle édifice.
    Je vis en loire atlantique.
    Pouvez vous m’indiquer la marche à suivre pour rejoindre l’équipe ?
    Cyril

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour Cyril
      merci de l’intérêt que tu nous portes.
      Si tu le peux, rejoins-nous samedi 23 novembre 2019 à 17h à Saint-Brieuc lors de notre réunion publique pour nous entendre et adhérer à notre projet.
      Si toutefois tu ne peux y assister, je te propose de t’envoyer par mail un bulletin d’adhésion. Aussi pour cela envois moi ton mail pour simplifier l’adhésion.
      Bonne journée.
      Sophie

      J'aime

      • Bonjour Cyril, à quelques heures de ma réunion publique il me reste encore du temps pour te répondre.
        En effet, comme tu habites dans la région Loire Atlantique, tu as pu remarquer que notre chemin passe dans ce département.
        Je ne connais pas cette région pourtant proche des Côtes d’Armor. Aussi, ton aide pourrait nous être très précieuse car si tu connais bien les chemins loin des grandes villes par lesquels nous pourrions passé cela peut être une aide très précieuse pour nous. Accepterais-tu, si tu adhères à notre idée, d’aller prospecter sur le terrain et nous donner les informations? Ce serait super génial. Une personne des Ardennes m’a écrit également et s’est proposée de nous aider dans ce département qui sera le point de chute de notre chemin. Une autre personne de l’Ariège se propose de nous aider. Ainsi, en mettant bout à bout tous les morceaux de chemin que les adhérents auront découverts nous y arriverions. C’est une super idée. Alors n’hésites-pas à adhérer et donner de ton temps pour nous.
        Contacte nous sur mon autre blog s’il te plait: lecheminsauvage.com car ledefidesophie ne sera plus opérationnel d’ici quelques mois.
        Merci et merci de ton aide.

        Sophie

        J'aime

      • Bonjour Cyril,
        je vous recontacte suite à votre dernier message du 23 novembre 2019.
        Etes-vous toujours intéressé pour nous aider dans la partie Loire-Atlantique?
        Si oui, vous pouvez nous contacter sur notre blog: lecheminsauvage.com ou par mail lecheminsauvage@gmail.com.
        Bonne journée et à bientôt j’espère.
        Sophie CHANVRIL, Présidente

        J'aime

Répondre à Cyril Sourisseau Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s